Témoignage de Rachel Harrison, Diplômée en génie logiciel, Juin 2021

Publié le vendredi 11 juin 2021

Text saying

 

Student Rachel Harrison

Mes quatre années et demie d'études en génie logiciel à l'Université d'Ottawa ont été transformatrices. Des stages coop incroyables, jusqu’aux amis que j'ai rencontré pendant la semaine 101, en passant par le privilège d'avoir été une ambassadrice étudiante de uOttawa, mon séjour à l'Université d'Ottawa a modelé mon futur et m’a aidé à devenir la personne que je suis aujourd’hui. Cependant, l’événement le plus marquant de mes études en est un qui peut sembler inhabituel pour certains. 
 
Pendant l'été 2018, à peu près à mi-chemin de l’obtention de mon diplôme, je travaillais pour un start-up local à Ottawa en tant qu'étudiante coop. J'aimais mon travail, mais quand je pensais à faire quelque chose comme ça pour le reste de ma vie, je ne pouvais tout simplement pas l'imaginer. Je savais que j'aimais la technologie, mais je n'étais pas passionné par la programmation. Beaucoup de mes collègues et camarades de classe programmaient pendant leur temps libre, travaillant sur des projets parallèles ou contribuaient à la communauté de logiciel libre parce qu'ils étaient passionnés par la création de logiciels. Je me suis donc demandé où je pouvais me voir dans la sphère technologique. C’est à cette époque que l'UE a infligé à Google une amende de plusieurs milliards de dollars pour avoir abusé de la position dominante du système d'exploitation Android. J'étais fasciné par cette histoire et finalement, j’ai soudainement réalisé quelque chose. Je me voyais dans ce monde et j'ai décidé de ne pas poursuivre une carrière d'ingénieure en logiciel, mais de devenir avocate et de travailler à l'intersection du droit et de la technologie. 
 
Trois ans plus tard, je suis ravie d'annoncer que je serai une Gee-Gee pour quelque temps encore, car je commence mes études de droit à l'Université d'Ottawa en septembre. Avec une si grande partie de notre vie qui est devenue virtuelle, surtout au cours de la dernière année, je vois la ligne entre ce qui est théoriquement possible avec la technologie et ce qui est une juste et équitable utilisation de celle-ci devenir de plus en plus embrouillée. Je constate également un besoin de gens dans la profession juridique possédant le type de connaissances techniques que j'ai acquises lors de mes études en génie logiciel. Depuis la fin de mes études en décembre, je travaille à temps plein dans un start-up local appelé Fellow. 

- Rachel Harrison, Diplômée en génie logiciel, Juin 2021

Haut de page