Témoignage d'une diplômée en génie logiciel, juin 2021

Publié le vendredi 11 juin 2021

Text saying

 

Je ne voulais pas laisser la peur de l’échec m’arrêter. J'ai grandi dans une petite ville en Afrique du Nord et j'ai toujours été une enfant intelligente qui n'avait que des A à l'école primaire. Je n'étudiais pas tant que ça et, d'une manière ou d'une autre, je finissais quand même par être l'une des meilleures élèves de ma classe. J'ai obtenu mon diplôme d'études secondaires en 2015 avec de bonnes notes, mais je ne savais pas quoi faire par la suite. En Afrique du Nord, nous avons la chance d’avoir des options après l’école secondaire, comme aller à l'université, au collège, ou se lancer dans le monde du travail. Mais ce n'était certainement pas mon cas. 

J'ai commencé des cours en ingénierie dans mon pays parce-que c’est ce que tout le monde que je connaissais faisait. J'ai passé les deux pires années de ma vie à cette école. La pression était incroyable. J'ai perdu 30 kg à cause du stress, de l'anxiété et de la dépression. La santé mentale était un sujet tabou. Je n'étais pas capable de m'exprimer sous peine d'être perçue comme étant faible et non-résiliente. Mes notes ont commencé à chuter, j'étais dernière de ma classe et j'avais du mal à comprendre le contenu. Avant de terminer ma 2e année, je me suis dit que c’était assez. J'ai abandonné mes études sans avoir de plan de secours, ma santé mentale était détruite au point que je ne pouvais même plus manger. Je me sentais comme une perdante, j'ignorais les appels de mes amis parce qu'ils me rappelaient que j'avais abandonné et je détestais ce sentiment. Je voulais mettre mon « échec » derrière moi pour de bon. 

Quelques mois plus tard, je me suis souvenue qu'un ami de jeunesse était parti étudier au Canada. J'ai alors fait une demande d'inscription à l'Université d'Ottawa. Je ne savais pas vraiment ce que je voulais étudier, mais à cause des quelques connaissances que j’avais, j’ai choisi le génie mécanique. J'ai été acceptée et je suis déménagée après avoir complété le processus pour obtenir un visa. Mes parents ont payé pour mes deux premiers semestres et pour ma résidence. C'est tout ce dont j'avais besoin et je leur en serai toujours reconnaissant. 

Après mon premier semestre à l'Université d'Ottawa, j'ai senti que ma vie avait changé. J'avais une idée claire de ce que je voulais faire. J'ai donc changé de programme pour celui de génie logiciel, même en sachant qu'il y a cinq ans, j'avais échoué le cours de programmation avec python à deux reprises. Je n'avais plus peur. Ma situation était bien meilleure qu’auparavant et j'avais confiance en moi, ce qui m'a poussé à aller de l'avant. Aujourd'hui, après 4 ans, j'ai obtenu mon diplôme avec une mention Summa Cum Laude et je suis devenue une ingénieure de logiciels au Canada. J'ai peut-être dû maintenir trois emplois tout en étudiant à temps plein pour payer mes frais de scolarité, mon loyer et mes dépenses, et j’ai peut-être dû veiller certaines nuits, mais ça en a valu la peine. Je tiens à remercier le Canada pour cette opportunité, car je me sens enfin chez moi. 
 

- Diplômée en génie logiciel, juin 2021

Haut de page