Rencontrez nos quatre nouveaux professeurs

Publié le vendredi 6 mars 2020

Quatre nouveaux professeurs se sont joints à la Faculté de génie depuis le début de l’année 2020. Nous sommes fiers de vous présenter les professeurs Stéphanie Guilherme, Mehrdad Sabetzadeh, Shiva Nejati et Paula Branco.

La Faculté accueille ses nouveaux membres avec grand plaisir et leur souhaite une chaleureuse bienvenue sur le campus d’uOttawa!


Stéphanie Guilherme, Professeure en génie civil

Stéphanie Guillerme

Aider les communautés autochtones du nord à obtenir un accès fiable à de l’eau potable.

Professeure Stéphanie Guilherme, qui a intégré le Département de génie civil, vient tout juste d’arriver à la Faculté en janvier. Elle aura l’occasion d’apprendre à connaître davantage la population étudiante lorsqu’elle commencera à donner des cours à la session d’automne 2020.

Originaire de France, Professeure Guilherme est déménagée au Canada après l’obtention d’un diplôme de premier cycle en génie chimique et d’une maîtrise en environnement, psychologie et santé. Elle a ensuite complété son doctorat à l’Université Laval en 2010, pendant lequel elle a étudié la qualité de l’eau potable dans les petites communautés du nord du Québec et de Terre-Neuve : « J’ai toujours eu envie de travailler sur l’accès à l’eau potable », nous dit-elle. « Il n’y a eu aucun projet relié à l’eau potable depuis 2004 au Nunavik », explique-t-elle au sujet de ses recherches en cours.

Les recherches que mènent présentement la professeure Guilherme au Nunavik sont guidées par une passion et par un dévouement d’aider les communautés autochtones du nord à obtenir un accès fiable à de l’eau potable : « Ce sont des petits villages très isolés, mais les résidents sont incroyablement motivés et impliqués dans la communauté », dit-elle.

Professeure Stéphanie Guilherme apporte avec elle un vaste bagage de connaissances et d’expériences qui seront sans aucun doute d’une grande valeur pour la Faculté!

Stéphanie Guillerme at Kangiqsualujjuaq Lake, Québec

Stéphanie Guillerme au Lac Kangiqsualujjuaq, Québec

Apprendre davantage à propos de la recherche de Stéphanie (en anglais seulement).


Paula Branco, Professeure à l’École de science informatique et de génie électrique (SIGE)

Prévoir et anticiper les événements rares grâce à l'apprentissage machine

La professeure Paula Branco a débuté son parcours de carrière en tant que mathématicienne. Après avoir enseigné les mathématiques pendant plus de 10 ans dans son pays natal, le Portugal, elle a décidé de réorienter son parcours vers les sciences informatiques. Un retour aux études lui a permis d’obtenir une maîtrise et un doctorat dans ce nouveau domaine : « La transition a été assez facile, comme les mathématiques et les sciences informatiques sont étroitement liées. L’apprentissage machine, qui est mon principal champ d’intérêt, est fondé sur une base mathématique, alors c’était intéressant d’appliquer mes connaissances d’une toute nouvelle façon » dit-elle.

Professeure Branco a poursuivi son parcours en acceptant un poste postdoctoral en sciences informatiques en Nouvelle-Écosse, à l’Université de Dalhousie. Ayant terminé son postdoc et étant maintenant installée à Ottawa, elle apporte avec elle une expertise en sciences des données et en apprentissage machine qu’elle mettra au profit de la Faculté.

Les recherches de la professeure Branco portent plus précisément sur l’utilisation des concepts d’apprentissages machine pour prédire et anticiper des événements inhabituels. Par événements inhabituels, elle se penche sur des phénomènes aussi variés que des conditions météorologiques extrêmes ou qu’une brèche de cybersécurité. À long terme, elle vise à faire la transition d’un cadre théorique vers une application plus pratique. « C’est important pour moi de voir l’impact de mes recherches dans la vie des gens au quotidien », affirme-t-elle.

S’étant rapidement intégrée à la Faculté, la professeure Branco enseigne présentement une classe de bases de données, et enseignera une classe d’intelligence artificielle appliquée à la cybersécurité au semestre d’automne prochain.


Mehrdad Sabetzadeh, Professeur à l’École de science informatique et de génie électrique

Mehrdad Sabetzadeh

Développer des logiciels pour aider à les entreprises à respecter les exigences et les normes appropriées

Le professeur Mehrdad Sabetzadeh a grandi en Iran, où il a obtenu son baccalauréat en génie logiciel avant d’arriver au Canada à l’âge de 21 ans. Il a poursuivi ses études en informatique à l’Université de Toronto, terminant sa maîtrise en 2003 et son doctorat en 2008. L’année suivante, il est parti pour l’University College de Londres (UCL) en Angleterre, ayant reçu une bourse postdoctorale du CRSNG. Il vient tout juste de revenir au Canada après dix années passées en Europe : « Je me suis toujours senti chez moi au Canada », dit-il.

C’est aussi son enthousiasme pour la recherche en collaboration avec l’industrie qui a motivé le Professeur Sabetzadeh à revenir s’installer au Canada : « J’ai surtout hâte de travailler en équipe et d’interagir avec nos partenaires de l’industrie. Bien que je sois fier du travail que j’ai accompli jusqu’à maintenant, c’est absolument primordial que mes recherches puissent toujours contribuer à des besoins concrets » dit-il.

Le professeur Sabetzadeh a aussi entrepris un rôle d’enseignement à la Faculté, il donne présentement un cours d’introduction à la programmation JAVA : « Pendant mon parcours, j’ai surtout eu l’opportunité d’enseigner à des professionnels. Ça fait changement de devoir maintenant enseigner à des étudiants, mais jusqu’à présent, je trouve l’expérience intéressante et enrichissante ».


Shiva Nejati, Professeure à l’École de science informatique et de génie électrique

Shiva Nejati

Améliorer la fiabilité et la sécurité des systèmes de conduite automatisés

La professeure Shiva Nejati a aussi terminé ses études de premier cycle en Iran. Elle a ensuite déménagé au Canada pour étudier le génie logiciel à l’Université de Toronto : « À l’époque, j’étais assez jeune et je ne pouvais pas me faire un portrait global de la situation, j’avais seulement l’impression que le génie logiciel était une branche appliquée de l’informatique, et c’est pour cette raison que j’ai décidé de poursuivre mes études dans cette direction » dit-elle.

Professeure Nejati a obtenu sa maîtrise et son doctorat à l’Université de Toronto avant de déménager en Europe, où elle avait reçu l’opportunité de faire de la recherche côte à côte avec l’industrie : « J’étais intéressée d’apprendre à transférer les connaissances que j’avais acquises pendant mes études à un contexte réel ». Elle est maintenant de retour au Canada avec l’intention de continuer d’appliquer ses recherches à des problèmes concrets : « Nous travaillons dans l’objectif de mettre les recherches que nous avons menées là-bas au profit des industries de la région ».

La professeure Nejati donne aussi un cours de premier cycle ce semestre.


Un trio de recherche familier

Avant leurs retours au Canada, professeur Mehrdad Sabetzadeh et professeure Shiva Nejati travaillaient tous les deux en collaboration avec le professeur Lionel Briand, membre actuel de la Faculté et Chaire de recherche du Canada sur la conformité et la fiabilité intelligentes des logiciels (Niveau 1). L’équipe travaillait dans le Département de vérification et de validation des logiciels au Centre pour la sécurité, la fiabilité et la confiance de l’Université du Luxembourg.

Leurs recherches portent sur la conformité aux réglementations et sur l’essai de systèmes logiciels utilisés entre autres dans les véhicules autonomes, dans les satellites et les systèmes de télécommunications, et en informatique juridique.

Leur approche a toujours été de travailler en étroite collaboration avec l’industrie afin d’avoir un impact concret sur des problèmes vécus par les organisations. Ils espèrent maintenant développer de nouveaux partenariats avec l’industrie du secteur d’Ottawa.

En apprendre davantage sur leurs recherches (en anglais seulement).

Haut de page