À la recherche d’un monde plus vert

Publié le mardi 21 octobre 2014

Le vert est la couleur principale du monde et la source d’où surgit la beauté
- Pedro Calderon de la Barca

Niloofar Abdehagh

Est-il encore possible de vivre dans un monde plus vert et plus écologique? Pour Niloofar Abdehagh, c’est un OUI définitif. Cette étudiante au doctorat en génie chimique et biologique à l’Université d’Ottawa a consacré son projet d’études à la recherche de solutions pour rendre la vie sur Terre plus écologique. Récemment, Abdehagh a reçu un prix prestigieux AIChE en reconnaissance de son engagement envers ce rêve vert, ce qui a augmenté sa motivation de poursuivre des recherches dans le domaine des sciences et des technologies de pointe.

Abdehagh travaille présentement sur le remplacement de la gazoline par des biocarburants extraits de ressources durables. Les biocarburants tels que le bio-butanol se présentent comme l’une des alternatives au pétrole en raison de leurs propriétés de combustion propres et de leurs avantages sur le plan de l’environnement. De plus, ces biocombustibles sont regardés comme une source d’énergie plus viable qui sera en grande demande dans un avenir proche. Ainsi, l’équipe, composée d’étudiants à la maitrise et au doctorat en génie qui travaillent sur différentes parties du projet sous la supervision des professeurs F. Handan Tezel et Jules Thibault, s’efforcent de poursuivent les  enquêtes de manière plus fondamentales.

«En novembre 2013, j’étais l’une des gagnantes du concours Sustainable Biorefineries Poster Session à AIChE 2013 qui a eu lieu à San Francisco en Californie. Un nombre record de chercheurs universitaires et de l’industrie ont présenté leurs travaux au cours de différentes présentations orales et de séances d’affiches. Un panel de six juges a sélectionné les meilleures affiches parmi les 58 inscrites à ce concours.  Mon affiche s’intitulait ‘Bio-Butanol Separation by Adsorption: Adsorbent Screening and Breakthrough Experiments’ et représentait l’une des nombreuses parties de mon projet de doctorat», a mentionné Abdehagh.

Aujourd’hui, cette étudiante talentueuse et consciencieuse essaie de trouver l’équilibre entre ses études et sa vie personnelle. Elle admet que «ceci peut-être un peu difficile, mais avec des aptitudes de gestion du temps, c’est faisable», explique Abdehagh pour qui sa profession compte beaucoup.

Arrivée à la fin de ses études, cette universitaire est en train de considérer ses possibilités de carrière ne voulant pas prendre à la légère une décision qui pourrait affecter le reste de sa vie. Cependant, elle est certaine d’une chose : «Je veux réussir dans ma carrière et me diriger vers une profession qui me satisfera, me fournira des défis à relever et m’apportera de la joie». Abdehagh aimerait aussi évoluer dans un milieu où elle pourra faire des découvertes et améliorer des produits et procédures existantes, spécialement dans la production des biocarburants.

Haut de page