Des professeurs chinois étudient les méthodes d’enseignement à uOttawa

Publié le vendredi 18 décembre 2015

Au cours du semestre d’automne, 62 professeurs chinois ont assisté à nos cours de génie et informatique. Leur verdict? Nos cours sont très interactifs.

Au début du mois de décembre, l’Université d’Ottawa a dit au revoir à des visiteurs très spéciaux : 62 professeurs chinois qui sont venus ici pour assister à plusieurs cours en tant qu’auditeurs libres, afin d’observer les méthodes d’enseignement que l’on utilise au Canada.  Ce nouveau programme collaboratif entre l’Université d’Ottawa et le China Scholarship Council (CSC) est l’initiative du Professeur Jason Zhang, Vice-doyen des affaires internationales.

Entre le 1er septembre et 30 novembre 2015, des professeurs de plusieurs universités chinoises ont participé au « Programme de formation pour les conférenciers », dans le but d’améliorer leurs compétences pédagogiques dans une expérience immersive à l’étranger. Les professeurs ont eu l’opportunité de suivre des cours en génie ou en science informatique, afin d’étudier la manière dont les cours sont enseignés au Canada. Les professeurs ont, entre autres, pris part à un cours d’anglais intensif (offert par l’Institut des langues officielles et du bilinguisme), ainsi qu’à une formation pédagogique  donnée par le Centre de pédagogie universitaire. Enfin, pendant les deux dernières semaines du programme, chaque professeur a dû prononcer une conférence sur un sujet de leur choix lors d’un colloque.

Les professeurs ont trouvé que les méthodes d’enseignement canadiennes sont très innovantes. « En Chine, l’enseignement est généralement très traditionnel », explique le professeur Zhang. « Les étudiants écoutent le professeur et prennent des notes en silence. Ici, on encourage plus l’interaction, et les étudiants posent plus de questions. »

Un des participants, le professeur Nan Geng de l’Université Northwest A & F (Yangling, province Shaanxi, Chine), nous a parlé de son expérience : « J’ai assisté à deux cours de premier cycle en informatique et à un cours de troisième cycle où j’ai pu observer la structure du cours. En observant et en communiquant, on peut trouver plusieurs différences entre l’enseignement chinois et canadien, travailler sur nos points faibles et encourager l’échange des idées dans le milieu pédagogique. » Il est fort probable que le programme continuera et que l’université accueillera un nouveau groupe de professeurs à la session d’été 2016. Le professeur Zhang pense aussi pouvoir lancer une initiative similaire avec des institutions salvadoriennes.

Le professeur Zhang espère que ces programmes pourront bénéficier aux étudiants de la Faculté de génie. « Nous n’envoyons que de trois à cinq étudiants à l’étranger par année! C’est trop peu, » dit-il. En tant que Vice-doyen des affaires internationales, il travaille à établir des liens qui pourront créer des opportunités internationales pour les étudiants de la Faculté, par exemple : des stages, des projets de recherche, des stages coop, et des cours crédités. Dmitry Ridner, un étudiant en génie chimique, a profité d’une telle occasion. Il a passé son été à Tianjin, en Chine, comme stagiaire recherche. Dmitry a travaillé sur la recherche concernant le raffinage des sables bitumineux et a pu voyager dans plusieurs incroyables régions du pays (vous pouvez en savoir plus sur son voyage ici).

Êtes-vous un étudiant en génie ou informatique qui souhaite enrichir son éducation avec une expérience à l’étranger? Vous pouvez envoyer un courriel au professeur Zhang (engineering.international@uottawa.ca) pour lui parler de cette possibilité.

Haut de page