La passion et le risque bien calculé

Publié le jeudi 16 octobre 2014

«Personnellement, j’aime essayer toute sorte de choses».

C’est ainsi que Patrick Dumond, un étudiant au doctorat en génie mécanique, conçoit la vie. Dumond croit fermement qu’il faut toujours être passionné et prendre des risques dans tout ce qu’on fait. Son expérience étudiante et ses activités entrepreneuriales témoignent de cette recette de succès.

Patrick Dumond

Dumond relate l’histoire de ses initiatives commerciales et de sa vie d’étudiant

Qu’est-ce qui vous a attiré vers l’entrepreneuriat?

Je pense que j’ai toujours aimé développer de nouvelles idées et de nouvelles méthodes. Il y a un côté très satisfaisant quand le succès vient de quelque chose que vous avez entièrement réalisé.

En tant qu’étudiant, vous avez reçu plusieurs prix. Pouvez-vous nous parler de ces réussites?

J’ai gagné la 1e place à «3 Minute Thesis», la 3e place à «Chef de file 3.0», la 2e place à «SAE Supermileage» et une mention honorable pour mon travail d’assistant à l’enseignement. Ces prix sont le reflet des personnes excellentes qui m’entourent, qu’il s’agisse de mes collègues, de mes amis, et surtout de ma famille. Ils me donnent un appui inconditionnel, et c’est grâce à eux que j’atteins mes objectifs. J’ai aussi reçu ces prix grâce à l’encadrement de la Faculté en termes d’apprentissage par expérience, et aux gens qui m’ont offert l’occasion de participer à ces activités et concours. Comme Wayne Gretzky l’a dit : «100% des choses qu’on ne tente pas échouent»; personnellement, j’aime essayer toute sorte de choses.

Jusqu’à date, vous avez participé à plusieurs concours étudiants. Pouvez-vous décrire ces activités et nous expliquer pourquoi vous vous y êtes engagés?

Les compétitions me motivent! Je suis de nature très compétitive. Cela ne veut pas dire que je dois gagner à n’importe quel prix, mais j’adore l’intensité. Comme on dit: «Le voyage est plus important que la destination» (It is good to have an end to journey toward; but it is the journey that matters, in the end). Quand j’étais jeune, j’étais très timide et, depuis que j’ai commencé mes études universitaires, j’ai développé des compétences générales comme la présentation. Je pense que des concours comme «Present Around the World» et «3 Minute Thesis», l’organisation de plusieurs conférences et mon travail d’assistant d’enseignement m’ont permis d’améliorer ces compétences. D’autres compétitions telles que «SAE Supermileage» et «Chef de File 3.0» ont été de bons moyens de mettre en pratique l’apprentissage des notions de génie et d’entrepreneuriat tout en acquérant une connaissance vitale hors des salles de classe. C’est aussi un moyen formidable de se faire de nouveaux amis, mais surtout de s’amuser.

Pouvez-vous nous parler de la recherche que vous poursuivez présentement?

Ma recherche actuelle montre à quel point je me passionne pour beaucoup de choses. Je me rappelle que je jouis, tout jeune, dans les ateliers d’ébénisterie de mes deux grands-pères. J’ai ainsi découvert en 4e année que mon sujet favori en génie est la vibration et j’aime aussi croire que je peux jouer à la guitare. Ainsi ma recherche se porte sur l’uniformité acoustique dans la fabrication des guitares en bois. J’ai passé plusieurs années à étudier les effets de la forme des contreventements sur les fréquences naturelles de la table d’harmonie de la guitare. Ensuite, j’ai développé des méthodes de conception des contreventements basées sur des fréquences naturelles désirées. Plus récemment, j’ai eu le plaisir de valider ces modèles et méthodes expérimentales.

Comment arrivez-vous à concilier vos études avec vos activités d’entrepreneuriat?

Honnêtement, je ne sais pas. J’imagine que lorsqu’on adore ce qu’on fait, on trouve du temps pour le faire. Je dirais que toutes ces activités sont mes hobbies, donc j’essaie de trouver du temps pour tout. Je dois aussi remercier ma femme qui m’a aidé récemment à me focaliser sur ce que je veux faire vraiment. Livré à moi-même, j’oublierais même de dormir (bien que j’adore dormir).

Qu’est-ce qui se pointe à l’horizon pour Patrick Dumond?

Pour l’instant, je considère mon futur dans le milieu universitaire. Au cours des années, j’ai eu beaucoup d’idées intéressantes que j’espère explorer, et devenir professeur m’offrirait l’occasion d’être aussi un entrepreneur à temps plein tout en ayant la stabilité et l’avantage importants de maintenir une vie de famille. Quoique je me passionne pour beaucoup de choses, ma famille demeure ma priorité numéro.

Découvrez les répercussions des diverses possibilités des études en génie ou en informatique pour d’autres étudiants.

Haut de page