Lionel Briand, nouveau membre de l'ACM, innove dans le domaine du génie logiciel

Publié le mercredi 10 février 2021

Venant de recevoir le titre prestigieux de « Fellow 2020 de l’Association for Computing Machinery (ACM) », Lionel Briand, professeur à l'École de science informatique et de génie électrique (SIGE) de la Faculté de génie, explique comment son approche inhabituelle de la recherche en génie logiciel comble le fossé entre le monde universitaire et l'industrie.

Chaque année, l'Association for Computing Machinery (ACM) désigne certains de ses membres ACM Fellows, un groupe élite de chercheurs exceptionnels qui ont tous apporté des contributions fondamentales au domaine de l'informatique. Ce prix est l'un des plus prestigieux dans son domaine, la seule distinction supérieure étant le prix ACM Turing - l'équivalent d'un prix Nobel en informatique. Cette année, la liste des boursiers de l'ACM comprenait le professeur Lionel Briand de la Faculté de génie, dont l'approche innovante de la recherche en génie logiciel a un impact tangible sur l'industrie.

Le principal domaine d'expertise du professeur Briand est la vérification et la validation des logiciels, y compris les tests automatisés, qui englobent un ensemble de technologies permettant de garantir automatiquement que les systèmes logiciels sont fiables. « Les systèmes logiciels sont utilisés dans tous les secteurs de l'industrie et deviennent de plus en plus complexes et critiques », dit-il. « Mes intérêts de recherche consistent à assurer la sûreté, la fiabilité et la sécurité de ces systèmes logiciels complexes. »

Au lieu d'aborder la recherche uniquement sous l'angle académique, le professeur Briand a pris l'habitude de se tourner vers l'industrie pour identifier son prochain axe de recherche. En collaborant avec des institutions publiques et des entreprises privées, il est en mesure d'aligner son travail sur les besoins pratiques et de construire des solutions efficaces qui peuvent être directement mise en œuvre dans les organisations.

Par exemple, le professeur Briand a travaillé avec la société Delphi Technologies, un grand fournisseur de pièces automobiles qui a maintenant été acquis par BorgWarner Inc. Le professeur Briand, en collaboration avec des collègues et des étudiants, a travaillé avec des partenaires du secteur automobile pour développer des techniques automatisées de détection et de réparation des défauts des logiciels critiques pour la sécurité, par exemple utilisés pour contrôler le moteur, identifier les piétons dans la rue ou déclencher un freinage d'urgence. Certains de ces logiciels étaient basés sur l'intelligence artificielle, ce qui tend à rendre la fiabilité des systèmes encore plus difficile à atteindre. Les ingénieurs ont ainsi pu gagner énormément de temps et d'efforts dans le débogage et la sécurité grâce aux solutions qu'il a développées.

Une collaboration aussi étroite avec l'industrie n'est pas une approche habituelle dans la recherche en génie logiciel. Comme le dit le professeur Briand, « dans ce domaine, nous

travaillons trop souvent sur des problèmes qui sont déconnectés de tout contexte réaliste. Les vrais défis du développement de logiciels sont normalement rencontrés dans l'industrie, et non dans le monde universitaire ».

Les logiciels étant présents dans de nombreux domaines de notre vie, l'éventail des industries dans lesquelles le professeur Briand peut appliquer ses recherches est très varié. Au cours de sa carrière, le professeur Briand a travaillé avec plus de 30 entreprises dans les secteurs de l'automobile, des satellites, de l'aérospatiale, de l'énergie, de la finance et du droit.

Les avantages de ces collaborations sont mutuels. Pour une entreprise, il est particulièrement précieux de s'associer à un laboratoire de recherche comme celui du professeur Briand afin de pouvoir innover sans les énormes risques et coûts qui peuvent y être associés. « Ce n’est pas toutes les entreprises qui ont accès à des experts en vérification et validation de logiciels au sein de leur organisation », explique-t-il. « Et même si elles y avaient accès, il ne serait pas rentable ni même pratique de faire travailler vos meilleurs ingénieurs sur des projets d'innovation pendant de longues périodes ».

C'est là que le monde universitaire peut intervenir pour combler les lacunes. Pour un chercheur comme le professeur Briand, c'est la conduite de ces projets de recherche à haut risque qui alimente sa passion. « Je préfère faire de la recherche avec un objectif, et quand je peux utiliser mes résultats pour arriver à une solution réelle et applicable, mon travail devient beaucoup plus pertinent », dit-il.

Au fil des ans, grâce à son approche innovante de la recherche, il s'est distingué comme un leader reconnu dans son domaine. Deux mois seulement se sont écoulés depuis 2021, et le nouveau boursier de l'ACM a déjà reçu une deuxième récompense prestigieuse, le ICSE Most Influential Paper Award (Prix de l’article le plus influent du ICSE), qu'il reçoit pour la deuxième fois. Il a également été nommé IEEE Fellow en 2010 et a reçu le prix Harlan Mills de l'IEEE Computer Society et le prix de l'ingénieur de l'année de l'IEEE Reliability Society en 2012 et 2013. Plus récemment, en 2019, il a obtenu une Chaire de recherche du Canada (niveau 1) sur « la fiabilité et la conformité des logiciels intelligents ».

Quant à ses prochaines étapes, le professeur Briand dit vouloir favoriser de nouvelles collaborations avec l'industrie, en particulier au niveau local. « Je voudrais m'impliquer davantage dans la grande industrie technologique d'Ottawa », dit-il. « Le partenariat entre l'Université d'Ottawa et Kanata-Nord m'a vraiment intéressé, et c'est l'un des facteurs qui m'a motivé à venir ici ». De plus, il note que « nous avons la chance au Canada de bénéficier d'un généreux écosystème de financement pour soutenir les collaborations entre l'industrie et les universités, par exemple par le biais de l'Alliance du CRSNG ou de Mitacs ».

Le professeur Lionel Briand cherche présentement à établir des liens avec de nouvelles compagnies et invite les entreprises à le contacter. Pour en savoir plus sur ses recherches, vous pouvez visiter son site web personnel, www.lbriand.info ou le contacter directement par courriel à l’adresse lbriand@uottawa.ca.

Haut de page