Robert Laganière honoré pour ses initiatives entrepreneuriales

Publié le mercredi 26 avril 2017

Robert Laganière

Robert Laganière, professeur à l’École de science informatique et de génie électrique (SIGE), a été reconnu par ses pairs pour ses réalisations en entrepreneuriat, en se méritant le titre respectif de Professeur entrepreneur de l’année.

Dr. Laganière s’est mérité le prix du professeur entrepreneur de l’année pour ses contributions auprès de quatre compagnies canadiennes qui connaissent le succès. Sa recherche sur la vidéo surveillance intelligente a mené à la création de la compagnie Visual Cortek en 2006. Trois ans plus tard, Telewatch a fait l’acquisition de celle-ci et a fondé l’entreprise iWatchLife. Dr. Laganière a travaillé à iWatchLife en tant que Chef scientifique ; un poste qu’il a aussi occupé lors de ses collaborations avec Cognivue. Celle-ci a été acquise par plusieurs compagnies, dont la plus récente est NXP. Par la suite, professeur Laganière a mis à profit son expertise en vision informatique pour un investisseur du New Jersey. Cette nouvelle collaboration a donné naissance à la compagnie Tempo Analytics pour laquelle il est le Directeur de la technologie. Ce nouveau projet constitue une autre occasion pour Laganière de poursuivre ses recherches, de participer au développement de technologies de fine pointe et de former un personnel hautement qualifié.

« En raison de ses idées novatrices, sa capacité à penser autrement et à prendre des risques, je crois que Robert personnifie la définition de Professeur entrepreneur » dit Claude D’Amours, Directeur de l’École de SIGE.

Son champ de recherche porte sur le traitement d’images et la vision informatique. Son partenariat avec les entreprises a donné l’occasion à ses étudiants de travailler sur des enjeux actuels dans l’industrie. Ce professeur s'engage à enseigner à ses étudiants des moyens efficaces de développer des technologies nécessaires à l’industrie. «J'aimerais transmettre à mes étudiants des connaissances technologiques qui faciliteront leur embauche sur le lieu de travail avec de solides connaissances et compétences industrielles», explique Laganière.

Haut de page