La méditation peut-elle bénéficier aux ingénieurs?

Publié le lundi 21 décembre 2015

Shane Stutchbury

Dans son discours gagnant, l’étudiant en génie Shane Stutchbury a décrit l’exercice mental qui a changé sa capacité d’apprentissage.

Le 5 octobre dernier, l’étudiant en génie chimique Shane Stutchbury a remporté la première place au concours du meilleur discours étudiant Reg Friesen, qui a eu lieu lors de la 65e Conférence canadienne de génie chimique à Calgary. L’étudiant de deuxième année a prononcé son discours gagnant sur le sujet de la « méta-attention », une technique mentale qui peut s’acquérir avec la méditation. Shane croit que la méta-attention pourrait changer l’efficacité de l’apprentissage et la performance des étudiants.

Dans son article « Formez votre attention : apprendre à écouter », Shane parle du concept de la méta-attention qui consiste à avoir une activité mentale sur ses propres processus mentaux, c’est-à-dire « penser sur ses propres pensées ». La méta-attention est la capacité d’être conscient d’où se dirige notre attention à un moment précis. Le but du discours de Shane était de partager son parcours pour améliorer sa propre technique.

« L’attention est limitée dans sa capacité et sa durée », explique Shane. « Elle est également sélective : vos pensées veulent toujours errer, et c’est une réalité quotidienne connue par tout le monde. Dans mon cours d’économie l’année dernière, un étudiant qui était assis près de moi regardait toujours le match de hockey sur son ordinateur portable. Je trouvais ça fantastique! Toutefois, j’avais de la difficulté à me concentrer sur la science économique. Ceci est une distraction évidente, mais des distractions plus subtiles peuvent aussi se présenter. Une petite voix dans votre tête vous demande : est- ce que j’ai oublié d’acheter du lait ? Les distractions sont incessantes et votre attention est toujours tentée de courir après eux. »

Shane est devenu plus conscient de ces distractions après avoir lu un livre qui a changé sa perspective : « C’est un livre qui s’appelle “Search Inside Yourself” (Cherchez à l’intérieur de vous). Je sais que le titre fait penser à la section “Introspection” à Chapters, mais ce livre m’a vraiment aidé comme étudiant. L’auteur s’appelle Chade-Meng Tan, un des premiers ingénieurs à Google. C’est un homme très intelligent, avec un terrible sens de l’humour. Je recommande fortement ce livre. »

Le livre explique l’importance de la méta-attention et décrit un exercice mental à pratiquer en quatre étapes pour l’acquérir : se concentrer, errer, s’attraper, retourner. La première étape consiste à se concentrer sur un objet. Dans la méditation, l’objet traditionnel est la respiration. Puis à la deuxième étape, on laisse flotter ses pensées. Pour la troisième étape, il faut ensuite s’attraper : « Vous devez réaliser que vous ne vous concentrez plus sur votre objet et que votre esprit est ailleurs, » explique Shane. « C’est le moment où entre en jeu la méta-attention. Quand j’ai commencé cet exercice, j’étais étonné par le temps qu’il me fallait pour me rendre à la troisième étape. Dans cet état de rêves, il me fallait deux, trois, même cinq minutes pour enfin m’attraper. Je ne savais pas que j’avais tellement de difficulté à me concentrer. » Enfin la quatrième étape consiste à retourner votre attention à l’objet initial, fermant le cycle.

Shane a commencé à faire régulièrement cet exercice avec de la méditation formelle. « C’était exactement ce que vous imaginez : je restais assis dans la position du lotus, les yeux fermés, le menton élevé, en respirant profondément. Je recommençais cet exercice pendant quinze minutes chaque matin. Jour après jour, je voyais des améliorations. Cependant, je ne voyais pas assez de résultats concrets, donc j’ai perdu la motivation de continuer. »

Un jour, alors qu’il était dans un cours, Shane eut une idée : pourquoi ne pas continuer la technique de méta-attention de manière informelle dans la salle de classe? « Je suivais les mêmes quatre étapes : me concentrer, errer, m’attraper, retourner, mais au lieu de me concentrer sur mon souffle, je me concentrais sur le professeur. J’avais probablement un air étrange : assis dans un cours à 8 h 30 du matin, entouré d’étudiants à moitié endormis, avec mes yeux fixés sur le professeur en respirant profondément ».

Shane a immédiatement remarqué des améliorations dans sa capacité à se concentrer sur la présentation. Et la meilleure chose ? Il n’a pas dû trouver du temps libre pour l’exercice, il devait simplement utiliser son temps en classe d’une façon plus productive. « Le progrès a commencé en classe, mais j’ai ensuite trouvé que je pouvais mieux étudier, regarder des films, lire, écouter les gens. Cette pratique a changé la façon dont j’absorbais toute information. »

Shane encourage tout le monde à essayer cette technique, car il croit qu’elle pourrait être très bénéfique pour ses camarades. « De nos jours, les professeurs utilisent des méthodes de plus en plus novatrices et complexes pour engager les étudiants : Top Hat, des outils de conférence, des jeux-questionnaires en direct, des vidéos, même des vidéos virales. Je veux que vous donniez un coup de main aux professeurs en améliorant votre propre capacité d’écoute et apprentissage. Imaginez que pour chaque heure que vous passez dans la salle de classe, vous apprenez davantage et manquez moins. Pour chaque jour que vous passez à étudier pour les examens finaux, vous absorbez plus d’informations. Ne serait-il pas incroyable d’exploiter toute cette puissance cognitive ? »

Si, comme Shane, vous avez une idée pour un discours intéressant, vous pouvez consulter le site web de la Société canadienne du génie chimique pour en apprendre plus sur ce concours.

La Faculté de génie veut souhaiter à tous les étudiants un semestre d’hiver heureux et productif !

Shane Stutchbury avec son prix
Haut de page